Scrapbook of a picture & art talkative

Ask me anything   A few pictures taken during my time in North America...
Some ideas & links about Art that touches me, movies, book, music... Quotes!

Other blogs...
http://lovemeless-butlonger.blogspot.com
http://cahierdunbavarddoeuvres.blogspot.com/

twitter.com/lewilliamnorth:

    Football : l’explosion du marché des transferts en chiffres

    See on Scoop.it - Société

    Le Real Madrid aurait plus dépensé sur le marché des transferts pour faire venir Cristiano Ronaldo, Gareth Bale et James Rodriguez que l’Ajax d’Amsterdam depuis sa création en 1900.

    See on lemonde.fr
    — 2 hours ago
    The Black Mountain: Crab Apples By Henry Guerra

    caseyboots:

    mrmcgrimy:

    image

    image

    image

    image

    image

    image

    image

    image

    image

    image

    image

    image

    image

    image

    image

    The Black Mountain: Crab Apples

    by Henry Guerra

    I worked hard on this comic through out the summer of 2014, i learned allot doing it and is the longest comic I’ve made so far. I worked very hard on it, so please spread it around! hope you enjoy!

    Henry is my new friend from the CCS workshop, I saw him make a good portion of this comic and I love it a lot.

    — 17 hours ago with 90 notes
    L’avion électrique, mirage ou concept d’avenir ?

    See on Scoop.it - Société

    L’avion électrique, c’est une chance pour l’avion du futur. Antoine Guigon, directeur de la prospective aérospatiale du centre français de recherche aérospatiale, en est persuadé. Véritable rupture technologique, l’avion électrique permettrait de répondre aux nombreux défis du transport aérien de demain. Toutefois, il implique de profondes mutations dans la façon de concevoir les avions et leurs vols et doit encore faire ses preuves sur les plans technologique, économique et environnemental. Accélérer les recherches et créer une synergie entre les acteurs concernés constituent deux conditions indispensables pour que l’avion électrique fende, un jour, notre ciel.

    See on lesclesdedemain.lemonde.fr
    — 1 day ago

    lwn-twoframenotebook:

    Days of Destruction, Days of Revolt, Chris Hedges & Joe Sacco (2012)

    A book with multiple sides & two authors, an intense book, a book full of witnesses & data, a book of multiple places & multiple views ; an highly stimulating book. The challenge of presenting the book with a cover picture & two excerpt pictures was too difficult and would have been misleading about the nature of the work: I’ve stretched it to 3 excerpt pictures and I still feel like I’m betraying the work itself & my experience of it… In the book, Chris Hedges & Joe Sacco intents to offer a vision of areas of injustice in the USA, in the sense of social injustice, high poverty, historical unfairness, blind industrial exploitation. With some clear background described in the final chapter: the Occupy Movement, as a reaction to the general unfairness of the System (at its capitalist, political, industrial, environmental levels). As a paradox, this final chapter feels less powerful than the other, mixing philosophical quotes, historical revolution figures, and cosmetic description of the Occupy Wall Street organization. The book was written in 2012, and the Occupy Movement seems strangely remote; not for the lack of relevance of their approach & their hatred targets, but basically because the Occupy-City-downtown approach is not the current one at the moment. The history-in-the-making feeling that the authors might have had regarding their Occupy Wall Street report gives it some outdated taste, too many details for too short a period. But the other chapters intensely carry long-term trends & long-term rage, making them fascinating reads carrying sad injustice. Four areas have been visited & described, four very different situations in term of populations & underlying phenomena; but with the same background of unlimited inhumane greed at play.

    Indian reserve in South Dakota, with tells of treaty betrayal, alcoholism, 1968 sieges…

    Industrial disappearance in Camden, New Jersey, with the disappearance of Campbell soup plants, with streets full poor drug addicts, with people stealing water pipes from the apartments for a couple of dollars…

    Large-scale coal exploitation in West Virginia, where 500 mountains have been decapitated for open-air coal extraction, where coal ashes can cover school playground in 3 hours, where retired couple deal their painkillers to young addicts in order to eat their dinner…

    Modern-days slavery in tomato-breeding estate in Florida, where illegal immigrants are squeezed everyday by unfair debts, where chemical products ruin their health, where supermarket chains only care about tomato margins…

    Over each chapter, the same bewildered rage from the unbelievable human disaster, from the blind greed push, from the environmental destruction. The words of Chris Hedges sting hard, his sense for quotations and witnesses interviews allows people to share their everyday sorrow, his documentation brings solid historical & statistical elements to convey the scale of the sad turmoil. Joe Sacco knows how to draw industrial plants, lost villages, destroyed mountains, and his narrative comics excels to bring life to memories & stories from witnesses. The balance between all the elements is sadly impressive, terribly fascinating, making it some classical tale of contemporary statement on “what is wrong with the world from today”. The scale of this world-wrongness often makes the world tragedy appropriate, even in this age of overblown statements & half-baked conclusion. It is not a book to provide answers to those tragedies; but it’s a book to push us: we need to keep searching & keep searching fast.  

    Jours de destruction, Jours de Révolte, Chris Hedges & Joe Sacco (2012)

    — 2 days ago with 1 note
    #comics  #joe sacco  #chris hedges  #occupy wall street  #occupy movement  #US industry  #non fiction  #i read books  #i read 
    The deliciously numb drift in a world of cleanly-cut modern shapes & colors (red is the color of Japon in French department stores) #paris #bonmarché #japan  (à Le Bon Marché Rive Gauche)

    The deliciously numb drift in a world of cleanly-cut modern shapes & colors (red is the color of Japon in French department stores) #paris #bonmarché #japan (à Le Bon Marché Rive Gauche)

    — 2 days ago
    #paris  #japan  #bonmarché 
    Life fluxes amongst the intensity of buying powers (up & down the Japanese polka-dot stairs) #paris #bonmarché #stairs (à Le Bon Marché Rive Gauche)

    Life fluxes amongst the intensity of buying powers (up & down the Japanese polka-dot stairs) #paris #bonmarché #stairs (à Le Bon Marché Rive Gauche)

    — 2 days ago
    #paris  #stairs  #bonmarché 
    Saturday shopping can often be a confusing task (looking inside a giant red ball) #paris #bonmarché #japan (à Le Bon Marché Rive Gauche)

    Saturday shopping can often be a confusing task (looking inside a giant red ball) #paris #bonmarché #japan (à Le Bon Marché Rive Gauche)

    — 2 days ago
    #paris  #japan  #bonmarché  #le bon marché 

    jessfink:

    I illustrated another map of the U.S for Slate!

    A sweet for every state: http://www.slate.com/articles/life/food/2014/08/united_sweets_of_america_map_a_dessert_for_every_state_in_the_country.html

    Some people have questioned me about a few of the choices on the map, but keep in mind, I didn’t write the article or make the choices! I just got hungry drawing it.

    You can see my previous sports map here.

    — 2 days ago with 1108 notes
    Dirt is ideal to write a lot (and cars too) #bnw #dirty (à Versailles Cathedral)

    Dirt is ideal to write a lot (and cars too) #bnw #dirty (à Versailles Cathedral)

    — 2 days ago with 1 note
    #bnw  #dirty 
    No reason to feel different for the old age (all cars parked the same way) #oldcar (à Cathédrale Saint Louis, Versailles)

    No reason to feel different for the old age (all cars parked the same way) #oldcar (à Cathédrale Saint Louis, Versailles)

    — 2 days ago
    #oldcar 
    "It’s clear he’s got a lot to say on the topic, so let him tell you all about our love: at the strangest times, it can leave voices lingering in your head before they slowly dissolve. It has its own rhythmic logic; sometimes it gets out of line, only to hit the groove again that much harder. It’s a shared train ride together amongst strangers at 3 a.m. It’s also a shared, intimate dance amongst strangers in a club at 2 a.m. You worry it might suddenly come to end, even while it feels like it could stretch out to infinity."
    Pitchfork’s review of new Caribou track, “Our Love”
    — 3 days ago
    #caribou  #our love  #love  #Pitchfork Review 

    The title track from my forthcoming album ‘Our Love’.
    Out now - this song comes free with a digital Pre-order of the new album via ITunes: smarturl.it/ourlove_itunes

    … and is also available as a lossless file from
    Beatport: http://www.beatport.com/artist/caribou/37805
    Boomkat: http://boomkat.com/downloads/1087685-caribou-our-love

    Physical album pre-order: smarturl.it/sfybp1

    The album ‘Our Love’ will be released on City Slang Oct 4th in Germany and Oct 6th in the UK/EU and on Merge Oct 7th in Canada and the United States.

    Photograph by Jason Evans.

    — 3 days ago
    #SoundCloud  #Caribou.  #Caribou  #Our Love  #Owen Pallett 
    lemagcinema:

New Post has been published on http://lemagcinema.fr/wp/divers/helmut-berger-assure-suis-calme/

Helmut Berger : “Je vous assure, je me suis calmé !”


Lors de son passage au Festival de Cannes pour la présentation de Saint Laurent de Bonello (où il incarne le couturier dans la seconde partie de sa vie), Helmut Berger s’est confié. S’il reste -relativement !- pudique au sujet du couturier qu’il incarne, l’inoubliable muse de Visconti (Les damnés, Ludwig, Violence et passion) fait des révélations… quelques peu crues et inattendues, voire triviales, concernant Delon et Vadim notamment.

Saint Laurent de Bertrand Bonello, est-il le film du come-back que vous attendiez ? Oui. Il est le nouveau Visconti pour moi ! Son sens du détail et du raffinement sont exceptionnels. Le résultat présenté au Festival de Cannes est inespéré. Je fus dans ses mains comme je le fus dans celle de Visconti. Et avec lui, l’opération fut sans douleur (sourire).
Quelle était votre proximité avec Saint Laurent ?
Je le connaissais très bien. Il fut un grand ami avec Jacques de Bascher (ex-compagnon de Karl Lagerfeld  et grand amour de Saint Laurent, décédé en 1989 du sida NLDR) et tous les autres. Du temps où j’habitais dans un appartement au-dessus de la rue de Rivoli, à Paris.
Saint-Laurent représente-t-il une sorte d’alter ego ?
Oui car j’ai étudié la mode. La vérité c’est que je voulais être couturier en Autriche. J’ai donné des idées inspirées de ce qui se faisait chez moi à Saint Laurent pour ses vestes. À Kenzo aussi.C’est un scoop que je vous donne. Je ne l’avais jamais dit !

Saint Laurent ne pouvait-il être sauvé de ses dérives narcotiques ? Je n’étais plus à Paris quand il a sombré. Nous aussi nous prenions de la cocaïne à l’époque… C’était absolument normal. Et tout s’est bien passé… Mais je ne connaissais pas tous ses excès. Ce sont les autres les coupables. Ceux qui l’ont poussé vers ces choses-là…
Gaspard Ulliel qui incarne Saint Laurent jeune, est-il à la hauteur du personnage ?
Je ne porte pas trop d’attention à ces histoires de prix d’interprétation conjoint avec lui à Cannes, mais il me fascine. Il a un corps très beau. Bouge bien. Ça manque, aujourd’hui, cette grâce dans le cinéma.

Êtes-vous remis de votre petit malaise durant la montée des marches ?
Oui. C’était lié à mes douleurs au dos. Depuis une chute de ski, il y a environ un an. J’ai de la rééducation programmée mais je laisse faire…
Après cette renaissance, quelle sera la prochaine étape ?
Le cinéma allemand est horrible. Je me tourne plutôt vers l’Italie avec une comédie à la rentrée. Entre-temps, je dois tourner en Angleterre avec Joan Collins.
Vivez-vous toujours à Salzbourg? Oui. Depuis le décès de ma mère. J’ai aussi un pied-à-terre à Rome. Un appartement très viscontien. Vivre dans le souvenir de Luchino Visconti ne me pose pas de problème.
Étiez-vous en compétition avec Alain Delon dont il fit son Guépard en 1963 ? De mon côté, absolument pas. Lui, ça le regarde… Nathalie Delon était mon amante. Tout comme Maria Schneider (l’inoubliable héroïne de Dernier tango à Paris et Profession : reporter NDLR) avec qui nous faisions ménage à trois.

Quel souvenir de Vadim pour qui vous avez tourné La Ronde ? Il était alors avec Jane Fonda qui m’a confié qu’il avait une grande queue. Alors j’ai proposé là aussi, pourquoi ne pas le faire à trois ? Et ils ont accepté ! (rire).
Quel rapport entretenez-vous avec Saint-Tropez ? J’adore Saint-Tropez, et chez Kaled  bien sûr ! Pour les contacts simples avec les gens, car je ne suis pas du tout star-system, body-guards, etc. La foule m’angoisse. J’y viens ponctuellement, notamment pour Noël et là je suis en séjour détente.Pourquoi un cameraman vous suit-il en permanence ces jours-ci ? On tourne un documentaire en lien avec mes 70 ans. Je reviens sur ma carrière en voyageant dans le monde entier. Il sera certainement vendu à Arte en France.
Le designer allemand Florian Wess, qui vous a offert un magnifique portrait, est-il le nouvel amour de votre vie? Effectivement je l’ai remercié de plusieurs baisers, mais vous savez, avec moi il faut du temps. Doucement doucement… En plus il est très jeune. Il a besoin d’un peu de maturité.L’icône décadente que vous étiez est-elle clean aujourd’hui ? Oui. Si si, je vous assure. Je me suis calmé.

    lemagcinema:

    New Post has been published on http://lemagcinema.fr/wp/divers/helmut-berger-assure-suis-calme/

    Helmut Berger : “Je vous assure, je me suis calmé !”

    image

    Lors de son passage au Festival de Cannes pour la présentation de Saint Laurent de Bonello (où il incarne le couturier dans la seconde partie de sa vie), Helmut Berger s’est confié. S’il reste -relativement !- pudique au sujet du couturier qu’il incarne, l’inoubliable muse de Visconti (Les damnés, Ludwig, Violence et passion) fait des révélations… quelques peu crues et inattendues, voire triviales, concernant Delon et Vadim notamment.

    Saint Laurent de Bertrand Bonello, est-il le film du come-back que vous attendiez ?
    Oui. Il est le nouveau Visconti pour moi ! Son sens du détail et du raffinement sont exceptionnels. Le résultat présenté au Festival de Cannes est inespéré. Je fus dans ses mains comme je le fus dans celle de Visconti. Et avec lui, l’opération fut sans douleur (sourire).

    Quelle était votre proximité avec Saint Laurent ?

    Je le connaissais très bien. Il fut un grand ami avec Jacques de Bascher (ex-compagnon de Karl Lagerfeld  et grand amour de Saint Laurent, décédé en 1989 du sida NLDR) et tous les autres. Du temps où j’habitais dans un appartement au-dessus de la rue de Rivoli, à Paris.

    Saint-Laurent représente-t-il une sorte d’alter ego ?

    Oui car j’ai étudié la mode. La vérité c’est que je voulais être couturier en Autriche. J’ai donné des idées inspirées de ce qui se faisait chez moi à Saint Laurent pour ses vestes. À Kenzo aussi.C’est un scoop que je vous donne. Je ne l’avais jamais dit !

    Saint Laurent ne pouvait-il être sauvé de ses dérives narcotiques ?
    Je n’étais plus à Paris quand il a sombré. Nous aussi nous prenions de la cocaïne à l’époque… C’était absolument normal. Et tout s’est bien passé… Mais je ne connaissais pas tous ses excès. Ce sont les autres les coupables. Ceux qui l’ont poussé vers ces choses-là…

    Gaspard Ulliel qui incarne Saint Laurent jeune, est-il à la hauteur du personnage ?

    Je ne porte pas trop d’attention à ces histoires de prix d’interprétation conjoint avec lui à Cannes, mais il me fascine. Il a un corps très beau. Bouge bien. Ça manque, aujourd’hui, cette grâce dans le cinéma.

    Êtes-vous remis de votre petit malaise durant la montée des marches ?

    Oui. C’était lié à mes douleurs au dos. Depuis une chute de ski, il y a environ un an. J’ai de la rééducation programmée mais je laisse faire…

    Après cette renaissance, quelle sera la prochaine étape ?

    Le cinéma allemand est horrible. Je me tourne plutôt vers l’Italie avec une comédie à la rentrée. Entre-temps, je dois tourner en Angleterre avec Joan Collins.

    Vivez-vous toujours à Salzbourg?
    Oui. Depuis le décès de ma mère. J’ai aussi un pied-à-terre à Rome. Un appartement très viscontien. Vivre dans le souvenir de Luchino Visconti ne me pose pas de problème.

    Étiez-vous en compétition avec Alain Delon dont il fit son Guépard en 1963 ?
    De mon côté, absolument pas. Lui, ça le regarde… Nathalie Delon était mon amante. Tout comme Maria Schneider (l’inoubliable héroïne de Dernier tango à Paris et Profession : reporter NDLR) avec qui nous faisions ménage à trois.

    Quel souvenir de Vadim pour qui vous avez tourné La Ronde ?
    Il était alors avec Jane Fonda qui m’a confié qu’il avait une grande queue. Alors j’ai proposé là aussi, pourquoi ne pas le faire à trois ? Et ils ont accepté ! (rire).

    Quel rapport entretenez-vous avec Saint-Tropez ?
    J’adore Saint-Tropez, et chez Kaled  bien sûr ! Pour les contacts simples avec les gens, car je ne suis pas du tout star-system, body-guards, etc. La foule m’angoisse. J’y viens ponctuellement, notamment pour Noël et là je suis en séjour détente.
    Pourquoi un cameraman vous suit-il en permanence ces jours-ci ?
    On tourne un documentaire en lien avec mes 70 ans. Je reviens sur ma carrière en voyageant dans le monde entier. Il sera certainement vendu à Arte en France.

    Le designer allemand Florian Wess, qui vous a offert un magnifique portrait, est-il le nouvel amour de votre vie?
    Effectivement je l’ai remercié de plusieurs baisers, mais vous savez, avec moi il faut du temps. Doucement doucement… En plus il est très jeune. Il a besoin d’un peu de maturité.
    L’icône décadente que vous étiez est-elle clean aujourd’hui ?
    Oui. Si si, je vous assure. Je me suis calmé.

    — 3 days ago with 3 notes
    "Il s’agit d’une culture basée sur le rêve de pouvoir un jour tout contrôler, tout maîtriser ; l’immense majorité des gens ont de l’imagination mais peu de connaissances scientifiques, si bien qu’ils sont enclins à vivre dans un monde imaginaire"

    Sheldon Wolin, Democracy Incorporated: Managed democacry and the specter of inverse totalitarism, 2008, P.18

    Cité dans le livre “Jours de Destruction, Jours de Révolte”, Chris Hedges & Joe Sacco, 2012, p.271

    — 3 days ago with 1 note
    #democracie  #inverse totalitarism  #occupy  #joe sacco  #imagination  #chris hedges  #occupy wall street  #indignés